-

Audinac-les-Bains

AUDINAC, un destin exceptionnel

Avant la 2ème Guerre Mondiale, les élèves des EMP ne pouvant continuer leurs études dans les EMP du fait de leur âge sont dirigés vers des pelotons d’armes qui assurent la transition entre la fin des études et l’engagement dans l’armée. Après la défaite de 1940, même si les EMP sont repliés en zone libre, les pelotons d’armes sont supprimés. Les écoles sont alors confrontées au problème du maintien jusqu’à leur engagement de leurs élèves non admis à Autun, replié à Valence.

photo-audinac

La création en octobre 1941 du Centre d’Education Bayard à Audinac-les-Bains (Ariège) permet d’accueillir ces élèves, âgés entre 17 et 18 ans, en instance d’engagement.

Les élèves cadets sont préparés à un double rôle d’instructeur et d’éducateur. Répartis en groupes et en équipes fonctionnant grâce à l’autodiscipline et à la diffusion des responsabilités, l’effectif des cadets atteindra les 300 élèves en 1943.
L’instruction comprend de l’éducation physique, des cours d’enseignement général et d’instruction professionnelle, des cours d’hygiène et secourisme mais également des séjours en montagne et du ski.

insigne audinacL’esprit de camaraderie et d’entraide déjà inculqué dans les EMP répond parfaitement à la devise du centre : « Se vaincre pour mieux servir »

En novembre 1942, les Allemands envahissent la zone libre et le destin du Centre d’Education Bayard bascule. Le centre passe de la tutelle du ministère des Armées à celui de l’Instruction publique. Les élèves sont inquiets pour leur avenir dans une armée qui n’existe plus. Fin novembre 1942, quelques cadets rejoignent les Forces françaises libres en Espagne.

Protégés par le silence de leur encadrement, les autres vont suivre l’exemple des premiers. Au cours de l’hiver 1942/1943, la découverte de l’évasion d’une trentaine de cadets entraîne l’arrestation et l’emprisonnement du commandant du centre.

En novembre 1943, d’autres cadets ainsi que des cadres passent à leur tour en Espagne. Le centre se vide peu à peu.

DSC 8113En juin 1944, les Allemands arrivent à Audinac et font évacuer le centre. Les cadets et leurs instructeurs, que les habitants d’Audinac ont cru déportés, sont libérés par les Allemands à Saint-Girons. Le directeur du centre, Monsieur ROMANE est déporté à Buchenwald. D’autres cadets , engagés dans la résistance, sont morts durant les combats menés dans toute la région et dans le Massif Central.

En août 1944, Saint-Girons est libéré par un maquis ariégeois parmi lequel quelques instructeurs et cadets de Audinac. Le centre Bayard devient un camp puis une école d’entraînement pour les cadres de la résistance de l’Ariège. Il cesse d’accueillir des enfants de troupe.

Le Centre d’Education Bayard de Audinac-les-Bains fait partie de l’histoire des enfants de troupe. Son destin exceptionnel justifie amplement la place qu’il occupe à Autun, dans la crypte du musée des enfants de troupe , consacrée à l’évocation des anciennes écoles.

Pour en savoir plus :

Consultez le site Internet de l’association le Chemin de la Liberté : www.chemindelaliberte.com

A Audinac-les-Bains, l’association gère un musée implanté dans l’ancien centre Bayard et dans lequel les enfants de troupe sont largement évoqués.